RÉFLEXION

Mon interrogation porte sur les relations entre l’identité, la pensée et la matière.
Étudiant les manifestations de l’univers en évolution, j’en suis venu à comprendre que la pensée, l’énergie, la lumière et la matière sont des réalités semblables se transformant l’une dans l’autre par des facteurs d’équivalence. Lorsque la matière est, la pensée trouve les moyens pour se manifester. Sur terre, c’est la vie telle qu’on la connait. De là, la production de quelques pièces qui jouent avec la lumière et la matière translucide.
Après des années de réflexion sur les phénomènes de la cosmologie et de l’évolution, mon intérêt se porte aujourd’hui sur la société et l’individu. J’y recherche les limitations à l’exercice de la pensée et les moyens de les faire disparaître. À mon avis, une conscience vive de ces limitations est un de ces moyens.


TECHNIQUE

Tout de suite, disons que le matériau qui m’intéresse est la pierre. Il représente à nos sens d’humain la matière la plus brute qui soit. Durant mes premières années à l’atelier, je travaillais la pierre dans la masse. Rapidement, j’ai commencé à débiter la pierre en tranches, c’était lors de mes recherches sur les pierres translucides. À ce moment, j’ai compris que je pouvais appliquer cette méthode à tout genre de pierre.Cela me permettait de résoudre deux problèmes inhérents à ce matériau; le poids et l’étendue dans l’espace.
En associant des tranches de pierre à de la résine et des fibres de verre, j’ai réussi à occuper des espaces intéressants tout en conservant un poids raisonnable à mes structures. Mon propos technique est d’étirer la pierre et de l’alléger tout en conservant son apparence. Cependant, je ne me sens pas limité par un matériau ou une technique en particulier et c’est ainsi que dans une exposition récente j’ai utilisé du plâtre et introduit un document video fait sur ordinateur. Et dans mes installations à venir je vais ajouter des performances.